Initialement américain et relativement récent – début du XXème siècle –, le roller derby est à l’origine exclusivement féminin.

Le roller derby est un des rares sports d’équipe qui ne comporte aucun ballon : ce sont les joueurs qui roulent !
Les matchs ont lieu sur un track, une piste ovale sur laquelle les deux équipes patinent dans un seul et même sens. Le jeu est scindé en deux périodes d’une demi-heure, elles-mêmes divisées en séquences de deux minutes…
A la fin, l’équipe qui a marqué le plus de points est déclarée vainqueur.
Chacune d’elles comporte un jammer, qui va marquer un point par adversaire dépassé, mais aussi quatre blockers, qui sont chargés de ralentir et/ou dégommer le jammer d’en face… Cela demande vitesse, agilité et, surtout, une terrible endurance – sources de merveilleux popotins.
Le dit dégommage s’effectue selon des règles strictes : en général, on utilise les épaules ou les hanches pour heurter l’adversaire, et ce sur des zones également délimitées dont la tête et le bas du corps, par exemple, sont exclus.
Pour cela, des arbitres veillent au grain, envoyant en prison les irrécupérables rebelles du track, criminels fameux mais éphémères, guerriers sur roulettes dont le nom sanglant est scandé par la foule.

Pour plus de précisions sur les règles et le jeu, rendez-vous sur notre page expliquant le roller derby.

Le Roller Derby étant un sport de contact très règlementé, un équipement de protection est obligatoire. Pour savoir de quel équipement vous aurez besoin pour pratiquer le Derby, rendez-vous sur notre page du matos.